L’impression générale de votre boutique en ligne

L’impression générale de votre boutique en ligne

  • Posted by David Grégoire (Monsieur ECommerce)
  • On 2016-04-22
  • 0 Comments

Vous avez fait le choix de votre plateforme de commerce électronique et vous êtes prêt à passer aux choses sérieuses. Avant de passer de la parole aux actes, prenez quelques instants pour réviser les objectifs que vous visez. S’ils sont modestes, les points suivants sont importants. Si vous avez de grandes ambitions, ce qui suit est primordial.

Les études démontrent qu’il suffit de quelques dixièmes de seconde pour que l’internaute se fasse une première idée de votre boutique. Sans le savoir, votre visiteur va se poser quelques questions et y répondre de façon instantanée.

  • Suis-je à la bonne place?commerce_en_ligne1_mars15_ad-890x458
  • L’environnement me plaît-il assez pour que j’y fasse des recherches?
  • Ce commerce m’inspire-t-il confiance?
  • La marque (le nom du commerce ou du produit) est-elle fiable?

 

Si votre visiteur répond par la négative à l’une de ces questions, il va cliquer sur le bouton « revenir en arrière » et trouver un environnement dans lequel toutes ces questions se répondent par l’affirmative.

Sur quoi seront basées les réponses instantanées que son subconscient va servir à votre client potentiel? Prenons chaque question afin de découvrir ce qui influence l’impression qui y est reliée. Car il ne faut pas se leurrer : il ne s’agit pas de faits mais bien d’impressions dont il est question. Avis à tous ceux qui croient que le fait d’offrir la plus grande qualité est suffisant. À l’époque où tout le monde connaissait tout le monde au village, tout se disait, tout se savait. Mais à l’ère du web, il faut être le meilleur et savoir comment le montrer pour convaincre les clients de faire affaires avec vous.

Suis-je à la bonne place?

La réponse sera principalement fondée sur les images que le visiteur verra. Il est à la recherche de quelque chose. Au premier coup d’œil, il doit sentir que ce quelque chose se trouve sous son nez, ou qu’il n’est qu’à un clic ou deux de satisfaire son besoin. À ce chapitre, le remarketing et les infolettres automatisées font des miracles. Mais ces sujets seront abordés dans d’autres articles.

Si vous avez déjà un site de commerce électronique, prenez 3-4 personnes au hasard qui ne connaissent pas spécifiquement votre site et faites un test. Un à un, présentez-leur la page d’accueil de la boutique en ligne pendant 2-3 secondes puis faites-là disparaître. Demandez ensuite l’impression générale face à la page et surtout ce qu’on peut espérer trouver sur ce site.

L’erreur la plus commune est de mettre toute l’information sur la page d’accueil, ce qui crée un tsunami d’information pour le cerveau. Une autre erreur courante survient lorsque l’information n’est pas organisée en ordre de priorité.

Le dernier élément, mais non le moindre, concerne la qualité des images du site. On a souvent entendu : « faut que ça ait l’air pas cher ! » À l’ère du web, les gens ne sont pas dupes. Ils savent que la qualité peut se trouver à bon prix et que les images de mauvaise qualité laissent présager un manque de professionnalisme.

Le taux de rebond peut s’avérer un bon indicateur à ce chapitre.

L’environnement me plaît-il assez pour que j’y fasse des recherches?

On a tous déjà tenté de trouver notre chemin dans le labyrinthe d’un site mal conçu. Même s’il croit être au bon endroit, le visiteur se lassera d’un site où il ne trouve pas rapidement ce qu’il cherche.

Si vous investissez de fortes sommes en SEO et SEM mais que votre taux de conversion est bas, il est fort possible que votre visiteur ne se plaise pas dans votre commerce en ligne. De multiples raisons peuvent expliquer cela. Information incomplète ou mal disposée, mauvaise catégorisation et hiérarchisation des produits, fenêtres intempestives qui dérangent, etc.

Typiquement, le consommateur moyen va visiter 2-3 sites pour comparer les produits, les prix, les détails techniques, l’impression générale. Si l’un de ces éléments ne lui plait pas, il ira ailleurs…

Ce commerce m’inspire-t-il confiance?

Parmi les éléments qui aident à la confiance envers un site, on peut noter les commentaires de clients, la qualité des images, la qualité du français, la taille et l’âge de l’entreprise, la quantité de produits offerts, les marques offertes, le taux de satisfaction et les politiques de retour.

Le fait d’appuyer votre image avec du remarketing peut aussi créer une impression de déjà-vu qui aide à mettre le client en confiance. Il est prouvé qu’une marque à laquelle on a été exposé un grand nombre de fois devient naturellement plus inspirante car on a l’impression de la connaitre.

N’oubliez pas qu’à la fin du processus d’achat, le client devra vous donner son numéro de carte de crédit. Il doit avoir confiance en vous et votre magasin en ligne pour se mettre ainsi à nu.

La marque (le nom du commerce ou du produit) est-elle fiable?

Ce dernier élément est purement marketing mais ne peut être dissocié du reste. Si vous avec un nom de commerce fort comme Walmart, Home Depot ou Bureau en Gros, vous pouvez espérer vous soustraire à certaines règles car la marque devient votre joker. Mais il faut investir de fortes sommes pour atteindre cet état. Lorsqu’Expedia a attaqué le marché du Québec, ils ont mis de l’avant les campagnes médias requises pour que le nom devienne fort dans l’esprit des gens. C’est loin d’être impossible mais il faut avoir le budget…

 

Le contenu de cet article vous intéresse? N’hésitez pas à consulter les autres articles de notre Blogue, vous ne le savez peut-être pas encore, mais ça pourrait être une petite mine d’or pour votre entreprise!

 

Vous avez des questions, commentaires ou objections? N’hésitez pas à nous laisser vos commentaires!

 

0 Comments

Leave Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *